Les états généraux de l’imaginaire

En France c’est un secret pour personne, l’imaginaire ne va pas bien. Les ventes n’ont jamais été énorme au niveau des littératures de science fiction et de fantasy et l’on découvre qu’elles sont en baisse depuis quelques années. Parallèlement la création ne s’est jamais aussi bien porté avec le développement des small press et des auteurs indépendants. Les festivals se multiplient.
Paradoxe que cette situation au moment ou la science fiction et la fantasy occupent le centre de gravité de la culture populaire mondiale.
Aussi les acteurs du monde éditoriale de l’imaginaire se sont ils réunis à Nantes à l’occasion des dernière Utopiales pour réfléchir à la situation actuelle et comment faire pour changer les choses.
Il est vrai que non seulement les ventes ne sont pas toujours à la hauteur mais la presse passe de plus en plus sous silence ces littératures. Les libraires ne jouent pas toujours le jeu et les bibliothècaires font peu d’animation les concernant.
Le chiffres ont été présenté. Chiffres de vente mais aussi de présence dans la presse et les média. Ces chiffres ont servi largement de base pour alimenter la réflexion.
Les réflexions ont été multiples :
-Ainsi Marion Mazauric directrice de l’éditeur le Diable Vauvert évoque -t-elle les ravages de la stigmatisation dont sont victimes les littératures de l’imaginaire. Considérée par certains comme une littérature de geeks et par d’autres comme une littérature de gare. Le genre est handicapé par ses œuvres phares. Ainsi beaucoup considèrent -ils la science fiction comme se limitant au space opera.
– D’autre évoque la possibilité d’infiltrer la rentrée littéraire. L’idée est très controversée. D’ailleurs pour la première fois les éditeurs de l’imaginaire ont tenté de s’unir pour monter une opération de lobbying. Le choix du mois d’octobre a été pensé pour se rapprocher de cette rentrée. Mais d’autres vont plus loin en évoquant l’idée d’un prix à cette date.
– D’autres pistes ont été évoqué comme la coordination des différents festivals, la formation des futurs libraires, ou le rôle du numérique.

Pour ceux que ça intéresse je donne le lien vers l’enregistrement des débats qui ont eu lieu aux Utopiales de Nantes.

http://www.actusf.com/spip/Etats-Generaux-de-l-imaginaire-4.html

Related Posts

Histoire de la SF française : de l’abondance aux vaches maigres (1970 – 1990)

Histoire de la SF française : de l’abondance aux vaches maigres (1970 – 1990)

Histoire de la fantasy française

Histoire de la fantasy française

Histoire de la SF française : Modernité et désenchantement ( 2000-2014)

Histoire de la SF française : Modernité et désenchantement ( 2000-2014)

Leave a Reply